Jardin Cool

pour jardiner tout simplement


5 Commentaires

Comment cultiver le basilic en pot à longueur d’année

plant de basilic âgé de deux ans

Le plant du milieu a maintenant deux ans

On a toujours cru que le basilic était une plante annuelle que l’on ne cultive que l’été sous nos climats nordiques. Semis à l’intérieur à la mi-avril, transplantation au jardin en juin et séchage de la dernière récolte en septembre; la classique rengaine des chroniques horticoles quoi. De plus, à en croire les mêmes chroniques, cultiver le basilic à l’intérieur en hiver serait une aventure presque assurément vouée à l’échec. Désolant pour qui comptait avoir du basilic frais à portée de la main en tout temps, en été comme en hiver. Pourtant le basilic est une plante extrêmement facile à cultiver et il peut même continuer à croître à l’intérieur pendant deux ans et parfois plus, pourvu qu’on s’y prenne de la bonne façon. Le secret ? Je vous le dévoile ci-après.
Lire la suite


Poster un commentaire

Comment cultiver l’okra (gombo) en région nordique

okra-ou-gombo-en-fleurs

Les fleurs d’okra ressemblent à celles de l’hibiscus et les fruits à une capsule alvéolée

L’okra, aussi appelé gombo, est un légume originaire d’Afrique que l’on cultive partout dans les régions tropicales, de l’Orient jusqu’aux Antilles et encore dans le sud des États-Unis. C’est un incontournable de la cuisine créole et louisianaise. Les fruits contiennent un mucilage (substance visqueuse) et se consomment crus, cuits ou séchés comme condiments. Ils servent notamment à épaissir les potages et à préparer le fameux Gumbo cajun. L’okra (abelmoschus esculentus) fait partie de la famille des malvacées, tout comme l’hibiscus. Ses fleurs et son gracieux feuillage découpé en font une plante potagère non seulement délicieuse, mais également très décorative. — De quoi plaire aux jardiniers urbains —  Le hic, c’est qu’il supporte mal les températures froides. Il y a cependant un moyen très simple de contourner cet inconvénient: le cultiver en contenants. Voici  comment faire :

Lire la suite


Poster un commentaire

Comment bouturer les fines herbes achetées à l’épicerie

recette avec de l'origan frais

Il n’est pas toujours aisé, surtout en hiver, d’avoir des fines herbes fraîches à portée de la main. Et comme il est désolant de devoir courir à l’épicerie pour se procurer les quelques tiges de thym frais qu’exige votre nouvelle recette coup de coeur. Le pire, c’est que les fines herbes se vendent en bottes et que le reste va fort probablement sécher ou moisir au fond du tiroir à légumes avant que ne survienne l’occasion de vous en servir de nouveau.

Bonne nouvelle, il est facile d’en prélever des boutures puis de les faire pousser près d’une fenêtre ensoleillée. Vos herbes seront encore plus fraîches que celles de l’épicerie, parce que vous les prélèverez directement sur le plant. En prime, elles ne contiendront plus de pesticides. Voici comment vous y prendre:  Lire la suite


Poster un commentaire

Potager d’intérieur : Entre le rêve et la réalité

Potager intérieur d'hiver

Laitues, persil, basilic, coriandre… Ça pousse en grand dans mon micro-potager !

Qui n’a pas déjà rêvé de cultiver ses propres légumes en hiver dans le confort de son intérieur? Rien qu’à penser aux bons légumes du potager de l’été dernier que nous voilà vendus à l’idée de prolonger nos récoltes avec un potager d’intérieur. Les médias nous inondent d’images et d’articles louangeurs sur le sujet et le commerce fait tout pour nous vendre des kits de culture high tech aux promesses toutes plus alléchantes les unes que les autres. Mais, dans la vraie vie chez-soi, à quoi doit-on s’attendre ? Peut-on vraiment cultiver avec succès des légumes à la maison ?

Lire la suite


Poster un commentaire

L’eau de cuisson de pommes de terre n’est pas un herbicide

l'eau de cuisson des pommes de terre n'est pas un herbicide

Refroidie et sans sel, l’eau de cuisson des pommes de terre n’est pas un herbicide

À en croire certains chroniqueurs horticoles, l’eau de cuisson des pommes de terre serait un herbicide terriblement efficace. Selon eux, il suffit de jeter cette eau sur les mauvaises herbes qui ornent votre patio et vos allées de jardin pour les faire périr en un temps record. Quelle explication soutient cette affirmation ?  “L’amidon que contient l’eau de cuisson des pommes de terre bouche les pores des végétaux et les fait mourir”. C’est tout ? Non: “Il faut que l’eau soit bien chaude et de préférence salée”. Tiens donc ! Alors, c’est l’amidon, la chaleur ou le sel qui fait office d’herbicide ?

Ce flou explicatif aurait déjà été suffisant pour éveiller en moi une certaine suspicion, mais la découverte d’autres articles prônant plutôt l’utilisation de cette même eau à titre d’engrais a fini de me convaincre de vérifier laquelle de ces deux affirmations contradictoires dit vrai. On passe donc à l’expérimentation en bonne et due forme et je vous livre les résultats ci-après:
Lire la suite


4 Commentaires

La tour à pommes de terre: ça marche mais…

Résultats de la récolte de la tour à patates

Des patates jusqu’en haut de la tour !

Les résultats de la récolte de ma tour à patates

Je rappelle d’abord que cette méthode non conventionnelle consiste à cultiver des pommes de terre à la verticale plutôt qu’à l’horizontale dans le but d’économiser de l’espace. En furetant sur le Web, on découvre une pléthore d’affirmations non vérifiées qui nous promettent des rendements pouvant atteindre 100 lb par tour sur 4 pi2 de surface (Web anglais) ou 100 kg sur une surface de 1 m2 (Web français). Différences de mesures mises à part, cela revient au même; on demande à chaque patate de donner 5 à 10 fois son rendement normal !

Chose certaine cependant, c’est que dans les deux échelles de mesure ces récoltes mirobolantes m’ont semblé fantaisistes, voire chimériques. Plus encore, presque tous les témoignages sur les résultats obtenus font état, le plus souvent, de piètres récoltes ou d’échecs cuisants. Très peu montrent véritablement des résultats satisfaisants et aucun n’avance d’arguments  scientifiquement documentés pour expliquer pourquoi ça devrait fonctionner ou pas.

Avant de vous dévoiler les résultats, je vous invite à lire la première partie de cet article où je vous explique d’où vient cette théorie et comment j’ai construit ma tour. Voir: La tour à patates, mythe ou miracle ?

Alors ça marche ou pas ?  Allons voir.
Lire la suite


Poster un commentaire

Gardez vos dracénas (cordylines) à l’extérieur jusqu’en décembre

cordylines à l'extérieur en décembre

Mes cordylines en décembre. Un petit air de Caroline du Sud !

Saviez-vous que les dracénas (de leur vrai nom: cordyline australis) qui trônent au centre de vos potées et bacs fleuris peuvent tolérer des températures nocturnes aussi basses que -12 C ?  En ce début d’automne les premières gelées se font déjà sentir un peu partout au Québec et le premier réflexe du jardinier est généralement d’enlever les fleurs annuelles dans les boîtes à fleurs et les bacs sur la terrasse. Certains laissent les  graminées dites annuelles (ex: pennisetum) encore quelques temps,  mais elles conservent rarement leur belle apparence après le mois d’octobre. Par contre les dracenas, eux, resteront bien verts et luxuriants pendant tout le mois de novembre et même en décembre dans le sud du Québec.
Lire la suite