Jardin Cool

pour jardiner tout simplement


Poster un commentaire

L’eau de cuisson de pommes de terre n’est pas un herbicide

l'eau de cuisson des pommes de terre n'est pas un herbicide

Refroidie et sans sel, l’eau de cuisson des pommes de terre n’est pas un herbicide

À en croire certains chroniqueurs horticoles, l’eau de cuisson des pommes de terre serait un herbicide terriblement efficace. Selon eux, il suffit de jeter cette eau sur les mauvaises herbes qui ornent votre patio et vos allées de jardin pour les faire périr en un temps record. Quelle explication soutient cette affirmation ?  “L’amidon que contient l’eau de cuisson des pommes de terre bouche les pores des végétaux et les fait mourir”. C’est tout ? Non: “Il faut que l’eau soit bien chaude et de préférence salée”. Tiens donc ! Alors, c’est l’amidon, la chaleur ou le sel qui fait office d’herbicide ?

Ce flou explicatif aurait déjà été suffisant pour éveiller en moi une certaine suspicion, mais la découverte d’autres articles prônant plutôt l’utilisation de cette même eau à titre d’engrais a fini de me convaincre de vérifier laquelle de ces deux affirmations contradictoires dit vrai. On passe donc à l’expérimentation en bonne et due forme et je vous livre les résultats ci-après:
Lire la suite


4 Commentaires

La tour à pommes de terre: ça marche mais…

Résultats de la récolte de la tour à patates

Des patates jusqu’en haut de la tour !

Les résultats de la récolte de ma tour à patates

Je rappelle d’abord que cette méthode non conventionnelle consiste à cultiver des pommes de terre à la verticale plutôt qu’à l’horizontale dans le but d’économiser de l’espace. En furetant sur le Web, on découvre une pléthore d’affirmations non vérifiées qui nous promettent des rendements pouvant atteindre 100 lb par tour sur 4 pi2 de surface (Web anglais) ou 100 kg sur une surface de 1 m2 (Web français). Différences de mesures mises à part, cela revient au même; on demande à chaque patate de donner 5 à 10 fois son rendement normal !

Chose certaine cependant, c’est que dans les deux échelles de mesure ces récoltes mirobolantes m’ont semblé fantaisistes, voire chimériques. Plus encore, presque tous les témoignages sur les résultats obtenus font état, le plus souvent, de piètres récoltes ou d’échecs cuisants. Très peu montrent véritablement des résultats satisfaisants et aucun n’avance d’arguments  scientifiquement documentés pour expliquer pourquoi ça devrait fonctionner ou pas.

Avant de vous dévoiler les résultats, je vous invite à lire la première partie de cet article où je vous explique d’où vient cette théorie et comment j’ai construit ma tour. Voir: La tour à patates, mythe ou miracle ?

Alors ça marche ou pas ?  Allons voir.
Lire la suite


Poster un commentaire

Gardez vos dracénas (cordylines) à l’extérieur jusqu’en décembre

cordylines à l'extérieur en décembre

Mes cordylines en décembre. Un petit air de Caroline du Sud !

Saviez-vous que les dracénas (de leur vrai nom: cordyline australis) qui trônent au centre de vos potées et bacs fleuris peuvent tolérer des températures nocturnes aussi basses que -12 C ?  En ce début d’automne les premières gelées se font déjà sentir un peu partout au Québec et le premier réflexe du jardinier est généralement d’enlever les fleurs annuelles dans les boîtes à fleurs et les bacs sur la terrasse. Certains laissent les  graminées dites annuelles (ex: pennisetum) encore quelques temps,  mais elles conservent rarement leur belle apparence après le mois d’octobre. Par contre les dracenas, eux, resteront bien verts et luxuriants pendant tout le mois de novembre et même en décembre dans le sud du Québec.
Lire la suite


Poster un commentaire

La remise de jardin repensée

remise de jardin intégrée

La remise de jardin dans la cour arrière est une nécessité quasiment indispensable pour y ranger la tondeuse, les pneus d’auto, les meubles de patio et tant d’autre choses. Par contre, en aménagement paysager, la remise de jardin n’a jamais eu la réputation d’occasionner un gain d’élégance comme le fait, par exemple, l’ajout d’une gloriette ou d’une tonnelle. Curieusement, on dirait que le seul endroit qui semble logique à tous et chacun, probablement pour faire oublier sa présence, est de l’installer au fond de la cour arrière et de préférence dans un coin. On aura beau tenter de la déguiser en mini-château ou la dissimuler avec des arbustes et des fleurs, cette construction utilitaire aura toujours l’air d’une note dissonante dans l’harmonie d’une composition paysagère.

Preuve en est qu’en regardant les images des portfolios des paysagistes, la remise n’y apparaît à peu près jamais. On cherche plutôt à évacuer de la prise de vue ce cabanon qui ne fait pas très “glamour”, ma foi, presque autant que les poubelles. Pourtant, il y a moyen non seulement d’en faire une pièce maîtresse du décor extérieur, mais encore de lui donner une ou des vocations supplémentaires
Lire la suite


Poster un commentaire

La tour à patates : évolution à la mi-août

 

tour-a-patates-2016

Ma super tour à patates

Voici le compte-rendu promis de l’évolution de ma tour à patates, un peu après la mi-saison estivale. Petit rappel pour les nouveaux lecteurs, j’expérimente pour vous ce concept de culture des pommes de terre à la verticale plutôt qu’à l’horizontale au niveau du sol. Je vous invite à lire la première partie de cet article ( La tour à patates, mythe ou miracle ?) où je vous explique le concept et comment je l’ai appliqué dans l’élaboration de ma tour. Notez que  je ne cherche aucunement à vous inciter à tenter l’expérience vous-même. Je vous livre ici mes observations et mon questionnement après trois mois de culture.
Lire la suite


Poster un commentaire

Commencer un potager en juillet

un potager dans des contenants

Laitues, carottes, ciboulette et mêmes des betteraves viennent bien en contenants

Vous venez d’emménager dans une nouvelle demeure et vous regrettez votre ancien potager ? Vos amis inondent votre fil de nouvelles Facebook d’images de leurs légumes frais cueillis et finissent par vous donner l’envie de vous lancer ? Mais voilà, nous arrivons à la mi-juillet. Est-il trop tard pour commencer votre potager alors que les autres commencent à récolter ? Non, il y a plusieurs légumes que vous pouvez encore semer.

Au potager conventionnel en pleine terre, on a coutume de semer plusieurs légumes de façon successive ( ex: fèves, radis) pour échelonner les récoltes pendant tout l’été voire jusqu’en octobre dans certains cas. En semant maintenant, vous rejoindrez les jardiniers qui en sont à leur deuxième semis. Comme il s’agit probablement de votre première expérience, je vous suggère de cultiver vos premiers légumes dans des contenants.  C’est facile et vous obtiendrez de bonnes récoltes.
Lire la suite


Poster un commentaire

N’arrachez plus les choux gras, dégustez-les !

le chou gras ou chénopode blanc

Le chénopode blanc, mieux connu sous le nom de “chou gras”

Classé parmi les pires mauvaises herbes par les agriculteurs, le chou gras, de son vrai nom “chénopode blanc” (chenopodium album) est un invité bien connu et généralement peu apprécié dans nos potagers domestiques. Invité parce que, bien qu’il s’accommode de la plupart des types de sols, le chénopode a un faible pour les sols riches en azote. Les tas de composts et les jardins potagers bien engraissés lui apparaissent donc comme particulièrement invitants. Cette plante annuelle croît rapidement et submerge très vite les jeunes semis de légumes. Il suffit de laisser un seul plant monter en graines pour en assurer la pérennité… dans tout le jardin.

Mais saviez-vous que le goût du chou gras est très proche de celui de son cousin l’épinard ?  Sa texture est cependant plus douce et son goût plus délicat. En prime, les choux gras n’ont aucune exigence de culture particulière et sont gratuits. De quoi redonner à ce légume, jadis très prisé, ses lettres de noblesse.
Lire la suite