Jardin Cool

pour jardiner tout simplement

Une splendeur à cultiver: le houx de nos bois !

Poster un commentaire

Houx verticillé

Houx verticillé

Lors d’une promenade dans la nature en fin d’automne quand les arbres ont perdu leurs feuilles, on remarque parfois ces bosquets ornés de fruits rouge vif qui embrasent les boisés et les bords de ruisseaux. En fait, il s’agit du houx verticillé qui pousse naturellement dans une bonne partie du Québec.

Du houx au Québec ?

Eh oui, non pas celui aux feuilles coriaces et piquantes que l’on voit dans les décorations de Noël, qui de tout façon ne se cultive pas très bien sous le climat québécois, mais bien un cousin rustique qui perd ses feuilles en automne. Seuls les fruits des deux espèces se ressemblent. Son nom botanique: Ilex verticillata.–Tiens, une bonne fois je vous expliquerai pourquoi on utilise ad nauseam les noms latins dans les milieux horticoles.–

Dans son habitat naturel on le retrouve surtout en sols humides, plus ou moins acides et dans des endroits généralement mi-ombragés. Bonne nouvelle, il s’accommode fort bien des conditions que l’on retrouve dans nos jardins domestiques.

Comment le cultiver chez-vous

le houx verticillé, fuilles et fruits

Les fruits rougissent dès septembre

La photo en haut de la page et celle ci-contre* — *ci-haut, si vous êtes sur votre téléphone  — ont été prises dans mon jardin vers 1998 où le sol n’était pas acide et plutôt sec. Toutefois, le plant ne bénéficiait du soleil que l’avant midi. C’est probablement le juste équilibre entre l’ensoleillement et le degré d’humidité du sol qui détermineront la réussite de sa culture.

Alors voici la règle: Plus l’endroit sera ensoleillé, plus le sol devra être humide. Fertilisation ? Le houx verticillé n’est pas très capricieux. Disons que l’ajout de compost au printemps l’aidera à supporter un sol un peu trop sec ou pauvre. Petite mise en garde ici, les fruits sont toxiques pour les humains mais pas pour les oiseaux qui en raffolent. Veillez donc à éduquer vos enfants dès leur  jeune âge.

Hauteur et largeur maximum  — Là je vous promets que nous aurons bientôt une discussion là-dessus, oh que oui ! — en général sous notre climat il dépasse rarement 2 mètres de hauteur. Quant à la largeur, il a  tendance à vouloir drageonner un peu s’il rencontre des conditions idéales (humide + acide + mi-ombre + sol léger) mais normalement sa largeur n’excède pas sa hauteur.

L’entretien   Non seulement on ne le taille pas mais sa beauté réside justement dans son port naturel plutôt élancé, surtout s’ il se trouve à mi-ombre. À moins qu’il ne prenne des proportions déraisonnables, on se contentera d’enlever les branches abîmées par l’hiver ou par l’usure du temps. Seule exception et qui va plaire aux maniaques de la taille, les branches en fruits peuvent servir à confectionner de magnifiques bouquets d’hiver, tant pour vos décorations extérieures qu’intérieures. De plus, le fait de couper des branches à l’automne n’empêchera pas l’arbuste de produire de nouveaux fruits l’année suivante puisqu’ils se forment sur les nouvelles pousses de l’année. La rusticité ?  Zone 3b, c’est-à-dire là où le mercure plonge autour de -35o C en hiver. Protection hivernale ?  N’y pensez même pas.  On ne cache pas une telle beauté sous une tente de jute ! S’il fait trop froid dans votre région, utilisez  plutôt des  arbustes adaptés à votre climat.

Un arbuste qui égaiera votre décor hivernal

décoration de noel

Un bonne idée pour vos décorations de Noël

J’ai hélas pris mes photos avant que la nature ne se pare de son blanc manteau d’hermine. Imaginez quand-même la beauté de ces petits fruits dans votre jardin enneigé. Ils persistent pendant une bonne partie de l’hiver, souvent jusqu’en février, si les oiseaux ne les ont pas tous gobés. Voyez comment ma fleuriste a utilisé des branches de houx pour compléter son décor extérieur pendant le temps des fêtes. Les branches coupées peuvent aussi être disposées dans des vases avec de l’eau pour vos bouquets intérieurs ou encore agrémenter vos centres de table.

Plant mâle et plant femelle  Oui je sais, j’aurais dû vous dire dès le début qu’il faut deux plants pour obtenir des fruits : 1 mâle et 1 femelle. Et seulement le plant femelle donnera des fruits. Mais je voulais d’abord laisser les charmes de ce bel arbuste vous séduire, sachant que vous ne m’en voudriez pas trop par la suite. Alors voici, on plante les deux plants pas trop loin l’un de l’autre (jusqu’à environ 2,5m de distance) pour assurer la pollinisation et la fructification du plant femelle. Mesdames ne soyez pas jalouses mais un seul plant mâle suffit à polliniser de 7 à 8 plants femelles. Une autre méthode consiste à planter les deux sexes côte à côte. Leur branches s’entrelaceront et sembleront ne former qu’un seul plant, tout de rouge vêtu l’hiver venu.

Où se procurer les plants ?  Je ne vous recommande pas de tenter de les prélever dans la nature. C’est une entreprise compliquée, la plupart du temps vouée à l’échec. Allez plutôt dans une pépinière.  Assurez-vous toutefois qu’on y vende les plants mâles et femelles séparément. Un petit truc enfin: attendez à l’automne. Vous pourrez constater quel plant porte des fruits (femelle) ou n’en porte pas (mâle).  En plus, vous courez la chance qu’ils soient à rabais, parfois même à deux pour un.

Prochain article en janvier 2016.

 

 

Auteur : Marc Meloche

Je suis coach de jardin dans la belle région de Lanaudière au Québec. Horticulteur et paysagiste conseil, j'aborde avec vous le jardinage de façon différente, simple et cool.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s