Jardin Cool

pour jardiner tout simplement

Le BRF, le ‘nec plus ultra’ des paillis

8 Commentaires

Le paillis de BRF Raméa rend le sol vivantBRF, trois lettres faciles à retenir pour désigner le Bois Raméal Fragmenté.

Qu’est-ce que le bois raméal fragmenté ?

Il s’agit d’un broyat obtenu par la fragmentation de petites branches (moins de 7 cm de diamètre) d’arbres ou d’arbustes qu’on appelle “rameaux” en botanique; d’où l’adjectif  “raméal”. Jusqu’à récemment ces  rameaux étaient considérés par l’industrie forestière et les émondeurs comme des déchets tout juste bons à brûler ou à jeter. On les broyait en petits fragments pour en réduire le volume et en disposer plus facilement.Mais, la recherche a démontré qu’il s’agit plutôt d’un véritable “or vert”. En fait, ce dernier né des paillis possède toutes les vertus des autres matériaux (organiques , minéraux ou synthétiques) que l’on applique à la surface du sol pour en réguler la température et l’humidité, contrôler les mauvaises herbes et prévenir l’érosion.

Or ce qui élève le BRF au rang de paillis de choix, c’est qu’il est composé de bois vivant et qu’il va redonner vie aux sols, même les plus dégradés.

Un peu d’histoire

Au milieu des années 70 des chercheurs de l’Université Laval, pilotés par Gilles Lemieux1, ont été appelés à développer une méthode pour régénérer des sols fortement dégradés par l’agriculture intensive moderne. Il est connu que les petites branches (rameaux) renferment la majorité (75%) des nutriments nécessaires à la croissance de l’arbre. — Par comparaison, le bois de tronc en contient très peu — L’équipe, a donc eu l’idée de mettre le bois raméal fragmenté directement en contact avec le sol pour lui transmettre son énergie nourricière. Les résultats ont été remarquables. En peu de temps le sol a commencé à se transformer en riche humus de type forestier. Les récoltes subséquentes ont été plus abondantes, de meilleure qualité et on a relevé une nette diminution des maladies et des insectes nuisibles.

Le processus de la biotransformation

Dès que le BRF entre en contact avec le sol, il initie toute une série de transformations physiques, chimiques et biologiques. Certains champignons dans le sol (basidiomycètes) vont d’abord coloniser le bois tendre du BRF, le dégrader et initier la formation d’une chaîne biologique (micro-organismes, bactéries, pédofaune) qui va conduire à la formation d’un humus stable. Toute cette biodiversité dynamique va contribuer à refaire du sol un habitat fertile et autosuffisant2.

Le BRF crée une chaîne alimentaire

Le BRF déclenche une chaîne alimentaire qui nourrit les plantes

Pas n’importe quel bois

Les recherches et les essais sur le terrain ont démontré que le BRF issu d’arbres feuillus doit être privilégié. Celui des conifères (cèdres, pruches, pins etc.) est à proscrire car il contient des composés qui peuvent inhiber le processus de dégradation. On pourra cependant tolérer un pourcentage de rameaux de conifères n’excédant pas 15 à 20% de l’ensemble du broyat. Les copeaux de bois de tronc sont aussi à éviter. Ne contenant presque pas de nutriments et un ratio carbone/azote (C/N) trop élevé, ils mettront énormément de temps à initier le processus . De plus, c’est dans le bois de tronc que sont stockés certains produits de défense de l’arbre qui peuvent être nocifs pour les micro-organismes du sol.

Comment l’utiliser : deux méthodes

1- La méthode par incorporation (surtout destinée aux exploitations agricoles)
C’est la méthode d’origine, développée par les chercheurs de l’Université Laval. Elle utilise du BRF de feuillus fraîchement broyés à l’automne. On l’incorpore immédiatement, en couche mince (2-3 cm), aux 5 premiers centimètres du sol. –note: incorporé doucement avec une griffe, non pas enterré car les champignons colonisateurs ont besoin d’air pour survivre-  L’effet régénérateur dans le sol perdure pendant 3 ou 4 ans.

Ce procédé provoque toutefois ce qu’on appelle: une « faim d’azote ». Dans un premier temps les champignons vont mobiliser l’azote contenu dans le sol, au détriment des végétaux, pour le rendre ensuite sous forme assimilable par les plantes. Ce phénomène passager peut durer pendant quelques mois. Une façon de contrer le problème consiste à ajouter un engrais azoté au BRF (au moins 1kg d’engrais azoté pour 1m3 de BRF). La faim d’azote ne survient cependant qu’à la première application. Toute application subséquente est sans problème.

Une autre solution est de ne cultiver que des légumineuses ( trèfle, luzerne, pois, fèves etc.) le printemps suivant suivant l’incorporation du BRF. Les légumineuses ont en effet la propriété de fixer l’azote de l’air dans le sol. L’apport de fertilisant n’est pas nécessaire dans ce cas.

2- L’utilisation comme paillis (recommandée pour le jardinage domestique)

La biotransformation du sol s’activera plus lentement mais s’opérera quand-même. Pour les plates-bandes de vivaces ou d’annuelles, il suffit d’appliquer une couche de BRF de 5 à 7 cm d’épaisseur sur le sol, de la même façon qu’un paillis conventionnel. Le paillis peut être installé en tout temps et aucun apport supplémentaire d’engrais n’est requis. Pour les arbres, arbustes et haies, l’épaisseur du paillis peut être augmentée à 10 ou 12 cm.

Concernant le potager, comme certains légumes ( tomates, aubergines, poivrons, etc.) sont plutôt gourmands en azote, un BRF trop frais pourrait freiner leur croissance. Mieux vaut ajouter un engrais azoté ( ex: fumier de poulet — 1kg/m3 de BRF) ou utiliser du BRF pré-composté, ce qui signifie qu’il a été entassé quelque temps et a partiellement entamé son processus de compostage.

Enfin, dans tous les cas il faudra éviter les fongicides et les pesticides. Après tout, il ne faudrait nuire à nos amis qui vivent dans le sol : les champignons, les bactéries, les vers de terre etc. et qui ne demandent qu’à travailler pour nous.

les champignons enclenchent le processus d'humifaction

Les champignons déclenchent le processus

Des témoignages

J’ai obtenu les commentaires de Patrick Forest, horticulteur en chef des jardins de la Maison Antoine-Lacombe  à Saint-Charles-Borromée. Il utilise le BRF comme paillis dans les plates-bandes depuis quelques d’ années dans les jardins du musée et déjà il remarque une belle couche d’humus forestier de 5 cm sous le paillis. Il l’utilise aussi comme protection hivernale pour les rosiers, laquelle est incorporée à la surface du sol le printemps suivant. Pour avoir visité les jardins l’an passé, je ne puis qu’ajouter que j’ai été impressionné par la vigueur exceptionnelle des végétaux que j’y ai vus.

Pour sa part, Sophie Ducharme, horticultrice à la ville de Joliette, utilise le paillis de BRF pour les plates-bandes municipales depuis cinq ans. Elle se déclare plus que satisfaite, tant du rendu visuel que de la bonne santé des végétaux. Elle me confie qu’elle n’ajoute plus d’engrais depuis qu’elle est passée au BRF. Les arbres nouvellement plantés sont également entourés d’une bonne couche de paillis d’au moins 10 cm. –Faut voir les plates-bandes de la municipalité : magnifiques et pétantes de santé–

La difficulté d’approvisionnement et l’incertitude face à la qualité

Jusqu’à tout récemment le BRF n’était disponible qu’en vrac via certaines municipalités ou émondeurs. Pas toujours évident d’être au bon endroit, au bon moment et avec le bon véhicule pour le transporter quand la manne passe. Pas évident non plus d’en connaître la composition exacte et la provenance:   purs feuillus ou mélange feuillus/conifères?  Bois vivant ou mort ? des copeaux de bois de tronc au travers ou du bois malade ? ou peut-être un peu de tout ? L’utilisation à grande échelle du BRF étant encore jeune, il n’y a pas vraiment de contrôle rigoureux de la qualité ; encore moins de normes officielles et je doute fortement qu’on se mette à trier les rameaux avant de procéder au broyage.

La solution innovante imaginée par l’entreprise ‘Les Écrans Verts’

Après avoir lu sur les bienfaits du paillis de BRF de feuillus, j’ai bien tenté de m’en procurer. Mon jardin étant modeste -cordonnier mal chaussé- j’aurais bien voulu l’obtenir en sacs. Mais voilà, c’était introuvable…jusqu’à ce que je tombe sur une entreprise de St-Roch de l’Achigan: Les Écrans Verts qui vient de mettre en marché du paillis de BRF de saule sous la marque Raméa®

sac de paillis de BRF de marque Raméa

Le BRF enfin disponible en sacs

Qui est Les Écrans Verts?

Il s’agit d’une entreprise spécialisée dans la culture de différentes espèces de saules pour réaliser des murs antibruit et des clôtures végétalisées. Une partie des cultures est maintenant offerte sous forme de paillis de bois raméal fragmenté. —Enfin offert en sacs

Ce que j’aime ce produit, c’est qu’il provient d’une culture renouvelable, stable et de provenance vérifiable. Sa composition est homogène, 100% de rameaux de feuillus (saules). De plus, sa qualité et son innocuité sont contrôlées et, comme il est pré-composté, il n’entraîne pas déficiences d’azote.

On peut se le procurer en vrac ou en sacs directement sur place ou à leurs nouveaux points de distribution un peu partout au Québec. –Quel bonheur!– Vous en trouverez la liste sur:  paillisramea.ca

 

“Le bois raméal fragmenté est la clé de la fertilité durable du sol”  –Gilles Lemieux–

Références:

  1. La clé de la fertilité…du sol –G. Lemieux & D. Germain–Université Laval; Département des Sciences du >bois et de la Forêt– 2001
  2. Plus de carbone pour nos sols — Benoît Noël–Centre des technologies agronomiques (CTA) –Belgique– 2005

Explications en vidéo: Le bois raméal fragmenté, une alternative aux engrais chimiques ? — Jacky Dupety– TEDxParis 2011

 

Auteur : Marc Meloche

Je suis coach de jardin dans la belle région de Lanaudière au Québec. Horticulteur et paysagiste conseil, j'aborde avec vous le jardinage de façon différente, simple et cool.

8 réflexions sur “Le BRF, le ‘nec plus ultra’ des paillis

  1. Bonjour monsieur Meloche, je compte bien m’y mettre cette année aussi. Merci pour votre article. J’ai monté un projet simple avec mon Éco centre (centre de tri des déchets) pour avoir du BRF de feuillu trier dès l’arrivé sur le centre. Ils payent des grosses sommes pour s’en débarrasser. J’aurais besoin de précision quant au meilleur moment pour l’étendre (zone 4b). Est-ce mieux à l’automne, ou au printemps avec une couche de fumier de vache avant? Dans une serre ça aide aussi? et dans mes allés, je devrait en mettre comme paillis? Merci à l’avance de votre réponse.

    J'aime

    • Bonjour monsieur Ouellette,

      D’abord, félicitations pour votre projet, auquel je souhaite le meilleur des succès. Pour répondre à votre question, le meilleur moment, tel que prescrit par les chercheurs de l’Université Laval, est d’appliquer à l’automne du BRF fraîchement broyé. L’enfouissement (recommandé) dans les 5 à 10 premiers centimètres du sol à l’automne ne devrait pas provoquer de “faim d’azote” au moment des semis au printemps suivant. À la rigueur, on peut aussi l’appliquer au printemps en ajoutant aussi un peu de fumier ou encore après avoir semé des légumineuses en engrais vert. Disons que la première méthode est préférable et la seconde acceptable.

      Pour l’utilisation en serre, je ne le recommande pas pour le terreau. Comme les producteurs commerciaux utilisent la plupart du temps du terreau plus ou moins stérile (gente Pro Mix), celui-ci ne contient pas les micro-organismes nécessaires à la bio-transformation du BRF. Il faudrait donc ajouter de la litière forestière ( humus semi-décomposé) pour que le travail s’effectue, mais ça complique les opérations et ce ne serait probablement pas rentable. Par contre, en paillis pour les allées, le BRF devrait être efficace. La seule chose qui pourrait arriver c’est qu’il se décompose plus rapidement à cause de la chaleur humide de la serre. Je ne l’ai pas encore vu utilisé de cette façon, mais ça vaut la peine de l’essayer.
      Pour terminer, je vous remets le lien vers l’article de Gilles Lemieux (l’auteur le la méthode) “La clé de la fertilité du sol” dont le lien ne fonctionnait plus dans mon article. http://andre.emmanuel.free.fr/brf/articles/BRF_bois_rameal_fragmente.pdf

      J'aime

  2. Bonjour, je ne suis pas l’experte avec les termes techniques,sauf je peux vous dire, depuis l’application du BRF, je constate que le potager est vraiment moins productif, surtout avec les légumes racines….
    Il est vrai que nous avons moins de mauvaises herbes, par contre, notre potager étaient plus productifs qu’il y a 2 ans….soit au début du BRF….
    Mon conjoint continue à dire que c’est le temps de plantage qui a influencé, la température, trop limaces cette année, …. Etc….moi je suis convaincue que ce BRF, a ralentit pour l’instant notre productivité. Je suis déçue …..Merci.

    J'aime

    • Bonjour Mme Cousineau,
      Merci de partager votre expérience. Pourtant, la plupart des commentaires que j’ai lus sur des forums horticoles en font l’éloge. Cependant, comme le BRF utilisé comme paillis maintient le sol plus frais en été, il est possible, s’il a été laissé en place l’hiver dernier, qu’il ait retardé le réchauffement du sol au printemps et privé vos légumes d’un bon départ. –déjà que le printemps a été particulièrement frisquet cette année au Québec et que l’été n’est guère mieux– D’ailleurs, mon propre potager a été plutôt lent à démarrer cette année et je n’ai pas utilisé de BRF car j’expérimente le paillis de feuilles mortes. J’opterais donc moi-aussi pour les conditions climatiques exceptionnellement défavorables de la saison 2017.

      J'aime

  3. J’essaie ça cette année !

    J'aime

  4. M. Meloche, merci!!! Pas pour le nom de notre produit, pour votre plume. J’ai aimé lire votre article, moi qui en parle constamment!

    Je vais vous prendre une ou deux phrases, vous revisiter notre offre!

    Au plaisir, à la vie toute naturelle!!!
    Simon, Les Ecrans Verts

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s