Jardin Cool

pour jardiner tout simplement

La tour à patates: mythe ou miracle ?

5 Commentaires

tour-a-patates

La légendaire tour à pommes de terre

La “tour à patates” fait sensation depuis quelques temps sur les blogues horticoles. On va même jusqu’à nous promettre rien de moins que 100 lb de pommes de terre sur une surface de 4 pieds carrés !

Le secret ? Il suffirait d’élever sur cette surface une “tour” de 4 pieds de hauteur.  On y plante des pommes de terre dans sa base pour ensuite la remplir progressivement de terreau au fur et à mesure que les plants grandissent. En fait, il s’agit de reproduire à la verticale l’équivalent de 24 pieds carrés de surface plane. Économie d’espace et rendement supérieur !

Intrigué par cette méthode apparemment révolutionnaire, j’ai d’abord recherché dans les revues scientifiques des articles documentés pouvant soutenir cette façon de faire. Hélas, je n’ai rien trouvé. Sur le Web, tant en anglais qu’en français, les tutoriels et les vidéos démontrant comment faire foisonnent mais curieusement aucun ne montre la récolte spectaculaire promise.

Au contraire, certains braves qui l’ont expérimentée nous font part de leurs résultats…décevants.  Alors ça marche ou pas ? Pour en avoir le coeur net, j’ai décidé de faire le tour de la question (sans jeu de mots) et de tester la méthode pour vous.

Un peu de biologie

Les germes blancs sur une vieille pomme de terre sont en réalité des embryons de tiges qui se mettent à croître, sitôt celle-ci mise en terre. En grandissant, ces tiges produisent des feuilles sur leur partie au-dessus du sol (tiges aériennes) et des stolons (tiges souterraines) sur la partie en-dessous du niveau du sol. Le plant développe aussi des racines mais celles-ci ne serviront qu’à puiser l’eau et les éléments nutritifs du sol.

Ce n’est donc pas sur les racines que se formeront les nouveaux tubercules mais bien à l’extrémité des stolons. Lorsque la plante commence à fleurir, la croissance des tiges aériennes et souterraines (stolons) cesse. C’est à ce stade que se développent à l’extrémité des stolons des renflements qui grossiront rapidement pour former les nouveaux tubercules. Par la suite, le feuillage dépérit et toute la plante entre en dormance. C’est à compter de ce moment qu’on peut commencer à récolter les pommes de terre.

formation des pommes de terre

Cycle de développement des pommes de terre

La logique derrière la théorie de la tour

En culture conventionnelle, on a coutume de renchausser (butter) le pied des pommes de terre pour trois raisons:

  1. Éviter que les tubercules situés trop près du sol ne soient exposés à la lumière du jour et développent de la solanine, une substance toxique qui les colore en vert et les rend impropres à la consommation.
  2. Favoriser le développement des stolons enterrés dans la butte en leur fournissant un terreau meuble et bien aéré. — Plus de stolons = plus de tubercules 😉 —
  3. Faciliter le drainage et maintenir le plant bien droit.

C’est sûrement à partir de la raison no 2, qu’un esprit éclairé a imaginé qu’en renchaussant (buttant) les plants tout au long de leur croissance, plutôt qu’une ou deux fois, la production de stolons et des tubercules en serait d’autant multipliée. Et comment éviter qu’une butte de terre de 4 pi de hauteur ne s’affaisse ?  Vous l’avez deviné, en l’enfermant dans une tour. La tour à patates était née !

Pourtant quelque chose cloche dans ce raisonnement. La biologie d’un plant de pomme de terre (solanum tuberosum) est beaucoup plus complexe que simplement mettre en terre et faire pousser. Plusieurs facteurs, tant biologiques que physiques, peuvent accélérer, ralentir ou même stopper le développement des tubercules. La température de l’air et du sol, la longueur des jours, le degré d’humidité du sol et le cycle de développement du plant feront que celui-ci produira abondamment ou pas. La  génétique de la pomme de terre s’adaptera-t-elle à cet environnement qu’elle ne connaît pas ? C’est que nous pourrons constater cet automne lors de la récolte.  Pour le moment je vous montre comment je m’y suis pris pour démarrer ma tour.

Le modèle choisi et sa construction

Il en existe plusieurs modèles avec des variantes pour chacun d’eux: tour carrée en bois (le modèle original, d’après moi), le cylindre de broche à poule entourée de paille, la superposition de pneus, les sacs à dérouler et les modèles préfabriqués du commerce (bois, pvc etc.).  Eh oui, il n’aura pas fallu grand temps avant que les “gens d’affaires” flairent la bonne affaire…

Comme j’avais en stock de vielles planches de cèdre, j’ai donc opté pour la tour carrée en bois. Suivant un modèle vu sur le Web, la tour aura comme dimensions : 2 pi x 2pi x 4 pi (16 pi3) et comprendra 5 étages, l’équivalent d’un rang de 24 pi de longueur. — Pour mes lecteurs d’outre Atlantique, ces mesures bizarroïdes équivalent à 60 cm x 60 cm x 1,20 m (0,43 m3), l’équivalent d’un rang de 7,3 m de longueur–

 

construction-d-une-tour-a-pommes-de-terre

1-construction 2- positionnement 3- terreau 4- plantation

J’ai bâti ma tour sans fond et l’ai installée directement sur le gazon que j’ai tapissé de plusieurs feuilles de papier journal. Le premier étage a été rempli d’un terreau composé comme suit: 1/4 terreau commercial pour contenants extérieurs, 1/4 terre à jardin en sac, 1/4 sable,  1/4 compost maison. Le tout enrichi d’un excellent fumier de poule commercial bio Actisol. Le 14 mai dernier, j’y ai planté 5 patates Kennebec (une variété tardive) pré-germées à environ 2 po (5 cm) sous la surface du terreau. Comme la tour est adossée à une clôture, j’ai déjà installé les planches arrières jusqu’au sommet de la tour car elle ne pourra plus être bougée par la suite.

État de la situation au 28 mai

tour-a-pommes-de-terre-au-stade-de-la-plantation

C’est parti ! Les tiges émergent du terreau.

Les plants sont sortis de terre. Dès qu’ils auront atteint environ 8 po (20 cm) de hauteur, j’ajouterai le second étage et le remplirai du même mélange de terreau jusqu’aux 2/3 de la longueur des tiges.

La récolte promise

En culture domestique conventionnelle au sol, un plant donne généralement de 6 à 11 tubercules, allant de petits à gros, pour un poids total moyen d’environ 2,25 lb ( 1 kg).   Si j’avais planté mes patates de façon linéaire sur 24 pieds (7,3 m) de long, en les espaçant d’un pied (30cm), j’aurais pu en planter 24. Récolte anticipée: environ 55 lb ( 25 kg). Or, je n’ai planté que 5 patates dans ma tour. Toutefois, puisque celle-ci possède 5 étages, ce sera comme si je multipliais ma récolte par 5 pour obtenir théoriquement à peu près le même rendement qu’avec 24 plants. — Notez que j’ai été plutôt conservateur pour la récolte anticipée, puisque les promesses du Web font état de 100 lb ! — Mais 55 lb, ce serait déjà un exploit.

Voilà le défi !  Je vous reviendrai plus tard cet été pour vous montrer l’évolution de la culture. Comme je n’ai pas choisi de date précise pour la publication de la suite, je vous invite à vous abonner au blogue afin d’en être avisé. N’ayez crainte, je n’envoie jamais d’infolettres.

Mise à jour, août 2016:  La suite est maintenant en ligne:   La tour à patates, évolution à la mi-août

Mise à jour, octobre 2016: Les résultats de la récolte sont arrivés!   La tour à pommes de terre, ça marche mais..

à bientôt

Auteur : Marc Meloche

Je suis coach de jardin dans la belle région de Lanaudière au Québec. Horticulteur et paysagiste conseil, j'aborde avec vous le jardinage de façon différente, simple et cool.

5 réflexions sur “La tour à patates: mythe ou miracle ?

  1. Je voulais aussi tester la tour en bois (en l’achetant directement en commerce mais le prix m’a découragée) j’ai hâte que vous confirmiez le rendement. Bon courage

    J'aime

    • Pour le moment, j’installe aujourd’hui-même le troisième étage de la tour! Tout semble aller bien mais attendons de voir la récolte cet automne. Je reviendrai plus tard en juillet pour un compte-rendu de mi-saison.

      PS: Je suis allé voir votre propre blogue et j’aime bien. Félicitations !

      Aimé par 1 personne

      • Merci ça me fait plaisir ! Cet automne j’emmène moi même dans mon nouveau chez moi, c’est pourquoi je me permets un temps de réflexion un peu long sur la question de la tour à patates ! Vivement l’automne 😉

        J'aime

  2. Je suis très curieuse de connaître les résultats obtenus. Certains ont encore simplifié la méthode en cultivant les pommes de terre dans des sacs de plastique noir (sacs poubelle), roulés en début de saison et déroulés au fur et à mesure de la croissance des plants. Je voulais en faire l’expérience cette année, mais pour diverses raisons j’ai remis ça à l’an prochain. Je vais suivre votre propre expérience avec une grande curiosité!

    J'aime

    • Merci pour votre commentaire. J’ai également vu passer le sac qu’on déroule. Je dois avouer que je pars avec une opinion défavorable mais sait-on jamais. Je reviendrai plus tard cet été pour faire part de l’évolution de ma tour. Une expérience dont j’ai bien hâte moi aussi de voir les résultats.

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s