Jardin Cool

pour jardiner tout simplement

La tour à patates : évolution à la mi-août

Poster un commentaire

 

tour-a-patates-2016

Ma super tour à patates

Voici le compte-rendu promis de l’évolution de ma tour à patates, un peu après la mi-saison estivale. Petit rappel pour les nouveaux lecteurs, j’expérimente pour vous ce concept de culture des pommes de terre à la verticale plutôt qu’à l’horizontale au niveau du sol. Je vous invite à lire la première partie de cet article ( La tour à patates, mythe ou miracle ?) où je vous explique le concept et comment je l’ai appliqué dans l’élaboration de ma tour. Notez que  je ne cherche aucunement à vous inciter à tenter l’expérience vous-même. Je vous livre ici mes observations et mon questionnement après trois mois de culture.

Mes observations

1- État de santé des plants

Mes plants me semblent en très grande forme. Regardez la luxuriance du feuillage. En comparant avec la plupart des images glanées sur le Web de tours surmontées d’un feuillage éparse et maigrelet, je considère que la croissance de mes plants est nettement au-dessus de la moyenne. L’argument voulant que “le fait d’enterrer les tiges à mesure qu’elles poussent affaiblit les plants et les rend incapables de produire des tubercules de façon normale” ne tient pas, du moins, pas dans mon cas. Les piètres performances de croissance des tiges, constatées ailleurs, viennent probablement de conditions météorologiques défavorables ou d’erreurs méthodologiques.

En bon horticulteur et technicien, j’ai évidemment tenu à comparer les résultats de la tour avec ceux d’un groupe témoin cultivé en pleine terre. J’ai donc donné mon surplus de tubercules mères à mon voisin qui les a plantés dans son potager conventionnel, me donnant ainsi un précieux outil de comparaison. Première observation: la floraison de mes plants accuse un mois de retard sur celle du groupe témoin. Mon terreau serait-il trop riche en azote ? ce qui favoriserait le développement du feuillage au détriment de celle des fleurs et bien sûr des tubercules. Ou serait-ce le fait d’avoir renchaussé (butté) les plants trop de fois ? J’appréhende un peu l’effet de cette floraison tardive sur l’importance de la récolte à venir. Théoriquement, il me faudrait encore deux mois avant la récolte. Hélas, au Québec nos étés sont plutôt courts et la mi-octobre nous apporte parfois de bonnes gelées. On croise le doigts !

L’évolution de la tour à pommes de terre en images

evolution-d-une-tour-a-patates

La croissance est spectaculaire mais regardez les fleurs sur le groupe témoin. Elles ont un bon mois d’avance sur celles de la tour.

Le 5 ième  étage incomplet

étage incompletVous aurez probablement remarqué qu’il y a un orifice au milieu du cinquième et dernier étage. Non, ce n’est pas une fantaisie architecturale. Rappelons-nous que j’ai planté 5 tubercules à la base de la tour. Or le plant du milieu a tranquillement pris du retard sur les quatre autres. Tant et si bien qu’une fois rendu au 5 ième étage, ce traînard aurait été complètement enterré lors du dernier ajout de terreau. J’ai dû improviser un petit bricolage pour faire en sorte que seul les 4 plants des coins reçoivent une dernière couche de terreau. Celui du milieu reste donc bloqué au 4 ième étage mais, bonne nouvelle, il est finalement parvenu à rejoindre les autres. Il va cependant (toujours théoriquement) produire un peu moins de tubercules que les autres puisqu’il lui manque un étage de terreau.

Quant au semblant de garde-fous qui coiffe le sommet de la tour, je l’ai installé (encore du bricolage) pour contenir cette immense végétation qui menaçait de s’effondrer mollement sur les côtés.  Devrais-je faire patenter le modèle ? 😀

En attendant la récolte

À ce moment-ci de l’expérience, je note qu’il me faut consacrer pas mal de temps à ma tour, comparativement à mon voisin qui, lui, se contente de laisser pousser. Autre détail: le coût. Je n’ai rien déboursé pour les matériaux et le compost mais déjà l’achat du terreau, du sable et du fumier de poulet en sacs me revient plutôt cher. Imaginez s’il fallait que je paye en plus les matériaux ou un modèle préfabriqué du commerce. J’ai comme l’impression de cultiver des patates de luxe…à condition bien sûr que j’en récolte.

C’est ce que nous découvrirons cet automne dans la troisième de cet article.
D’ici là, bonne fin d’été et à bientôt

Mise à jour 19/10/2016  Les résultats de la récolte sont maintenant disponibles  La tour à pommes de terre: ça marche mais..

–Des commentaires ou des questions ?  je vous répondrai avec plaisir–

Auteur : Marc Meloche

Je suis coach de jardin dans la belle région de Lanaudière au Québec. Horticulteur et paysagiste conseil, j'aborde avec vous le jardinage de façon différente, simple et cool.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s