Jardin Cool

pour jardiner tout simplement

L’eau de cuisson de pommes de terre n’est pas un herbicide

6 Commentaires

l'eau de cuisson des pommes de terre n'est pas un herbicide

Refroidie et sans sel, l’eau de cuisson des pommes de terre n’est pas un herbicide

À en croire certains chroniqueurs horticoles, l’eau de cuisson des pommes de terre serait un herbicide terriblement efficace. Selon eux, il suffit de jeter cette eau sur les mauvaises herbes qui ornent votre patio et vos allées de jardin pour les faire périr en un temps record. Quelle explication soutient cette affirmation ?  “L’amidon que contient l’eau de cuisson des pommes de terre bouche les pores des végétaux et les fait mourir”. C’est tout ? Non: “Il faut que l’eau soit bien chaude et de préférence salée”. Tiens donc ! Alors, c’est l’amidon, la chaleur ou le sel qui fait office d’herbicide ?

Ce flou explicatif aurait déjà été suffisant pour éveiller en moi une certaine suspicion, mais la découverte d’autres articles prônant plutôt l’utilisation de cette même eau à titre d’engrais a fini de me convaincre de vérifier laquelle de ces deux affirmations contradictoires dit vrai. On passe donc à l’expérimentation en bonne et due forme et je vous livre les résultats ci-après:

Vérifications préliminaires

1- Effet de l’eau bouillante utilisée seule

effet de l'eau bouillante sur les mauvaises herbes

L’eau bouillante jetée sur les mauvaises herbes est très efficace

Dans un premier temps j’ai tenu à vérifier si l’eau bouillante utilisée seule et non salée était suffisante pour détruire les végétaux. J’ai donc fait bouillir 1 litre d’eau du robinet et l’ai versée sur deux mauvaises herbes (1 pissenlit et 1 laiteron potager) croissant dans le gravier de mon parking. On le devine, le résultat fut presque immédiat. Dès le lendemain les deux plantes ont commencé à s’assécher.

Conclusion: L’eau bouillante est efficace et n’a pas besoin d’additifs (sel, amidon)pour détruire les végétaux.

————————————————————————————————-

2- Effet de l’eau de cuisson de pommes de terre (refroidie et non salée)

L'eau de cuisson refroidie et non salée n'a aucun effet sur les mauvaises herbes

Lorsque refroidie et non salée, l’eau de cuisson n’a aucun effet herbicide

Dans un second temps j’ai fait cuire des pommes dans de l’eau bouillante non salée. Une fois refroidie, j’ai arrosée un pissenlit dans une fissure de trottoir avec 1 litre de cette eau riche en amidon. Au bout d’une semaine, je n’ai pas noté le moindre signe de dépérissement. Au contraire le pissenlit semble poursuivre allégrement sa croissance.

Conclusion préliminaire: l’amidon contenu dans l’eau de cuisson n’a pas d’effet délétère immédiat. Voyons maintenant l’expérience finale qui consiste à mesurer les effets à plus long terme.

————————————————————————————————–

Effets, à long terme, de l’eau de cuisson de pommes de terre sur la croissance des végétaux

Méthodologie

J’ai utilisé trois jeunes plants de cerises de terre (physalis peruviana) à peu près identiques provenant d’un semis spontané dans un de mes bacs de légumes. Les trois plants ont d’abord été repiqués dans des contenants de 10 cm.  Le substrat de culture est composé de 3 parties de terreau commercial et de 1 partie de compost marin. Les plants sont placés dans une véranda non chauffée. — nous sommes à la fin septembre — Les plants sont étiquetés 1,2,3.

Terme fréquemment utilisé : eau de pdt = eau de cuisson de pommes de terre

Phase I —  les 3 premières semaines

Traitement

  • Le plant no. 1 sera irrigué uniquement avec de l’eau de pdt.
  • Le plant no. 2 sera  irrigué avec de l’eau claire, mais de l’eau de pdt sera vaporisée sur son feuillage à chaque arrosage.
  • Le plant no. 3  sera irrigué uniquement avec de l’eau claire

Notes: 1- L’eau de pdt ne contient pas de sel et est refroidie à la température de la pièce avant son utilisation. 2- Au début de la semaine 3, comme il commence à faire froid dans la véranda non chauffée, les plants ont été transportés à l’intérieur de la maison sur le bord d’une fenêtre ensoleillée.

Le but de l’expérience consiste à examiner les effets de l’amidon sur la plante quand il est absorbé pas les racines (plant no. 1) ou par le feuillage (plant no. 2). Le plant non traité (no. 3) sert de témoin.

effet de l'eau de cuisson de pommes de terre sur 3 semaines

Effet de l’eau de cuisson de pommes de terre sur la croissance après 3 semaines

Résultats de la phase I

Au bout des trois semaines de traitement, les plants ayant absorbé de l’eau de pdt par les racines (no.1) ou par le feuillage (no.2) sont plus courts que le plant témoin (no.3) irrigué uniquement à l’eau claire. Cet écart de hauteur est apparu dès la fin de la semaine 1 et s’est maintenu pendant les semaines 2 et 3, mais sans s’accentuer ou se réduire. Les trois plants ont développé le même nombre de feuilles et je n’ai remarqué aucun signe de dépérissement (pâleur, jaunissement, flétrissement) tant sur les plants traités que sur le plant témoin.

Interprétation

Il faut comprendre que les plants étaient au départ à peu près identiques mais non parfaitement identiques. En effet, seuls des clones provenant d’une seule cellule-mère peuvent être véritablement identiques. Le bagage génétique de chacun des plants a probablement influé sur leur développement. S’il y avait eu un effet délétère suite à l’absorption de l’eau de pdt, on aurait observé des signes de dépérissement évidents et allant crescendo à mesure que le traitement se poursuivait. Ce n’est pas du tout le cas puisque les trois plants se portent à merveille. La seule différence observée est la hauteur moindre de la tige principale des deux plants traités.  J’émets l’hypothèse que l’écart est dû à leur bagage génétique (ou autre?) et non à l’amidon de l’eau de pdt. Ce qui sera vérifié en phase II.

Phase II —  les 3 semaines suivantes

Traitement

Le traitement sera inversé comme suit:

  • Le plant no. 1 sera dorénavant irrigué uniquement avec de l’eau claire
  • Le plant no. 2 conservera le traitement de départ (irrigation à l’eau claire et eau pdt vaporisée sur son feuillage à chaque arrosage)
  • Le plant no. 3  sera irrigué uniquement avec de l’eau de pdt qui sera en plus vaporisée sur son feuillage à chaque arrosage

Note: Pour la durée de la phase II,  les plants seront placés sous un éclairage fluorescent. La lumière venant maintenant par le haut, les plants plus courts auront au préalable été surélevés, proportionnellement à leur hauteur, afin que leurs trois cimes se trouvent au départ à la même distance de la source lumineuse. Cet ajustement, fait seulement une fois, a pour but d’éviter que les plants plus courts ne reçoivent moins d’éclairage au début de la phase II.

Le but de la phase II est de vérifier si l’écart de hauteur entre les plants se modifiera (en plus ou en moins), suite à l’inversion du traitement, ou si d’autres réactions se manifesteront. Comme le plant no 2 conservera son traitement d’origine, ce sera le seul qui aura reçu continuellement (par le feuillage) de l’eau de pdt pendant toute la durée de l’expérience. Par conséquent, il deviendra le nouveau plant témoin.

eau de cuisson de pommes de terre après 6 semaines

Effet de l’eau de cuisson de-pommes de terre sur la végétation après 6 semaines

Résultats de la phase II

À la fin de la semaine 6, il n’y aucune variation d’écart de hauteur observable entre les trois plants. Les plants ont considérablement grossi et la floraison (très peu visible sur les photos) a débuté à la fin de la semaine 4 sur les trois plants. Les fleurs sont égales en nombre sur les trois plants mais sont plus petites sur le plant no.2 que sur les plants no.1 et no.3.  Malgré les changements dans leur régime d’alimentation (eau claire vs eau de pdt), les plants ont tous évolué de la même façon et au même moment dans leurs premières phases de développement (formation des branches secondaires, perte des feuilles juvéniles du bas). Le début de la floraison a cependant paru légèrement retardé sur le plant no.2.

Interprétation

Le retard au niveau de la floraison du plant no.2 qui n’a reçu cette eau amidonnée que sur son feuillage, du début à la fin de l’expérience, pourrait s’expliquer par le fait que son terreau d’empotage n’ait pas été imprégné d’eau de pdt. Or cette eau contient, en plus le l’amidon, du phosphore (P) et beaucoup de potassium (K), deux éléments qui favorisent la floraison et la fructification — Liste complète des éléments1 —  L’absorption de ces éléments par les racines semble ici nettement supérieure à celle par le feuillage.

Pour le reste, à la lumière de cette expérience, rien ne montre que l’amidon, contenu dans l’eau de pdt, puisse s’avérer délétère lorsqu’il est absorbé par les végétaux; soit par leurs racines, leur feuillage ou les deux à la fois. L’énoncé selon lequel l’amidon a la propriété d’obstruer les pores des plantes et de les faire mourir s’avère totalement faux. Si l’amidon avait eu une quelconque action herbicide, celle-ci se serait manifestée bien avant que les six semaines de l’expérience ne se fussent écoulées.  A contrario , l’eau de pdt semble avoir stimulé la floraison et la fructification des deux plants qui l’ont absorbée par les racines parce qu’elle est également riche en potassium (K), en phosphore (P) et en plusieurs autres minéraux1. Il s’agit donc d’un engrais.

Des essais sur différentes cultures ont d’ailleurs déjà été faits sur l’utilisation du jus de pommes de terres2 et de l’eau de lavage de la pulpe des tubercules3 à titre d’engrais. Les résultats sont tous très concluants.

Conclusion

L’eau de cuisson de pommes de terre, refroidie et sans sel, n’est absolument pas un herbicide mais bien un engrais. CQFD.

Limites de l’expérience et discussion

Cette expérience a été conduite avec un équipement très limité. Il aurait été préférable d’utiliser des plants clonés en laboratoire et en plus grand nombre pour obtenir un portrait plus précis de l’effet de l’eau de pdt sur la croissance des végétaux. Des analyses fines du terreau et l’eau de cuisson auraient permis de mesurer la concentration de éléments nutritifs contenus. L’eau de cuisson de pommes de terre me paraît être un engrais doux, efficace et à bon marché pour un usage domestique. Il reste cependant à déterminer quelle serait la mesure optimale pour le dosage et la fréquence d’application.

Image post-expérience pour vous montrer les fruits en formation

l'eau de cuisson des pommes de terre est un engrais

Les fruits sont plus développées sur les plants ( 1 et 3) ayant reçu de l’eau de pommes de terre

Des questions, des commentaires ? Il me fera plaisir de vous répondre.

à la prochaine

 

Références

1- COMPOSITION CHIMIQUE ET BIOCHIMIQUE (TABLEAU 7, P.31) Martin, DY, Landry, C, Laforest, J-P.  Valorisation des résidus de végétaux agricoles vers le secteur de l’alimentation animale. MAPAQ, Programme PRIME-VERT, IRDA. 2014

2 –POTATO JUICE AS A FERTILIZER  International Starch Institute, Science Park Aarhus, Denmark 1999

3- TRAITÉ DE POMMES DE TERRE  Payens, A, Chevalier, A. Société royale d’horticulture, Paris, France 1826

Auteur : Marc Meloche

Je suis coach de jardin dans la belle région de Lanaudière au Québec. Horticulteur et paysagiste conseil, j'aborde avec vous le jardinage de façon différente, simple et cool.

6 réflexions sur “L’eau de cuisson de pommes de terre n’est pas un herbicide

  1. C’est clair, simple a comprendre et tres bien expliqué, Bravo et merci.

    J'aime

  2. Un grand merci a Marc Meloche qui a consacre beaucoupr de temps a ces experiences et a eu l’amabilite de les partager avec nous.

    J'aime

  3. Super ! Bon article!

    J'aime

  4. merci de nous faire partager votre experience

    J'aime

  5. Je viens de découvrir votre blog via Pinterest. Merci pour cette expérience, je ne salerais plus l’eau de cuisson de mes PDT et ne jetterais plus cette eau de cuisson grâce à vous.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s