Jardin Cool

pour jardiner tout simplement

Comment bouturer les fines herbes achetées à l’épicerie

Poster un commentaire

recette avec de l'origan frais

Il n’est pas toujours aisé, surtout en hiver, d’avoir des fines herbes fraîches à portée de la main. Et comme il est désolant de devoir courir à l’épicerie pour se procurer les quelques tiges de thym frais qu’exige votre nouvelle recette coup de coeur. Le pire, c’est que les fines herbes se vendent en bottes et que le reste va fort probablement sécher ou moisir au fond du tiroir à légumes avant que ne survienne l’occasion de vous en servir de nouveau.

Bonne nouvelle, il est facile d’en prélever des boutures puis de les faire pousser près d’une fenêtre ensoleillée. Vos herbes seront encore plus fraîches que celles de l’épicerie, parce que vous les prélèverez directement sur le plant. En prime, elles ne contiendront plus de pesticides. Voici comment vous y prendre: 

Il faut d’abord savoir quelles espèces peuvent se bouturer et celles qui ne se bouturent pas. On pourrait bien sûr procéder par semis, mais cette technique demande plus de soins au départ et il faudra beaucoup plus de temps avant de pouvoir effectuer les premières récoltes. Puisque vous avez les herbes sous la main, aussi bien les bouturer et rentabiliser votre achat.

Les fines herbes faciles à bouturer

fines herbes a bouturer

Les fines herbes qui ne se bouturent pas

fines herbes qui ne se bouturent pas

bbouturage des fines herbes

Notez les plants déjà bouturés en arrière plan.

Matériel requis pour 1 pot

  • Un pot de 4 po (10 cm).
  • Du terreau d’empotage (vendu en différents formats)
  • Un sac de plastique transparent
  • Une paire de ciseaux ou un exacto
  • Une brochette à shish kebab
  • De l’hormone d’enracinement (facultatif) (section horticulture des grandes surfaces)
  • Votre botte de fine herbe (évidemment)

Première étape

Ces bouquets de tiges coupées ont été prélevés sur de jeunes plants cultivés en serre. Pas mal de temps s’est écoulé depuis la cueillette chez le producteur, la conservation à l’épicerie et le moment où elles aboutissent sur le comptoir de votre cuisine. Elles ne sont donc pas si fraîches que ça et sont souvent un peu flétries. Il faut a priori les ranimer en leur donnant un bain dans de l’eau légèrement plus chaude que tiède pendant une quinzaine de minutes, puis un second bain d’eau froide pour encore 15 minutes. Les tiges se gorgeront d’eau et retrouveront leur vigueur. Essorez ensuite le surplus d’eau tout doucement avec un essuie-tout.

Deuxième étape

Votre bouture devrait avoir idéalement de 2 à 4 po (5 à 10 cm) de longueur selon l’espacement des noeuds sur la tige. — Les noeuds sont les points de jonction entre les feuilles et la tige — Généralement, plus les feuilles sont petites (thym) plus les noeuds sont rapprochés et vice versa.

  1. Enlevez d’abord la partie supérieure de la tige en la coupant juste au-dessus d’un noeud. (voir l’illustration ci-dessous).
  2. Enlevez ensuite la partie du bas juste en la coupant juste sous un noeud, de façon à obtenir un segment final de 2 à 4 po (5 à 10 cm) de longueur.
  3. Coupez délicatement les feuilles sur le noeud au bas de la bouture tout en faisant bien attention de ne pas abîmer le noeud. Pour les variétés à larges feuilles (basilic, sauge), il est préférable de couper les plus grosses feuilles en deux, sur le sens de la largeur, comme sur la photo ci-dessous. Cette petite opération a pour but de réduire la perte d’eau de la bouture par transpiration, ce qui facilitera l’enracinement.
boutures de fines herbes

Prélevez les boutures sur la partie haute de la tige

Troisième étape

Vous voilà maintenant prêt à planter.

  1. Emplissez vos pots de terreau jusqu’à ras bord (sans le tasser), puis arrosez doucement mais copieusement. Le terreau va se tasser légèrement, ce qui laissera l’espace souhaitable pour les arrosages ultérieurs. — N’oubliez pas de mettre un contenant sous les pots pour recueillir le surplus d’eau —
  2. Utilisez une brochette pour pratiquer les trous dans le terreau. Le diamètre des trous doit être juste un peu plus large que celui des tiges. Pour la profondeur, prévoyez environ 3/4 de po (+- 20 mm), soit juste assez pour enterrer la tige jusqu’au premier noeud avec des feuilles. — Un peu moins profond pour le thym —
  3. Plongez la base des tiges dans l’hormone d’enracinement puis enlevez le surplus en tapotant doucement la tige contre le rebord du contenant. Insérez la tige dans le trou et pressez un peu le terreau tout autour pour qu’elle soit bien ancrée.  Vous pouvez tirer légèrement sur une feuille pour vérifier si la tige est vraiment bien ancrée au terreau. Si elle semble mobile, pressez le terreau un peu plus. Notez enfin que l’hormone d’enracinement n’est pas absolument nécessaire, mais elle favorise un enracinement plus hâtif. On en trouve en hiver dans la section horticulture des grandes surfaces.
plantation des boutures

Pressez légèrement le terreau autour des boutures

Combien de tiges par pot ?

En culture à l’intérieur, surtout en hiver, il faut minimiser le nombre de plants par pot car ils y séjourneront longtemps; contrairement aux plants achetés au printemps dans les centre-jardins et qui contiennent malheureusement beaucoup trop de plants. Donc, en règle générale, on plante 3 tiges par pot, sauf pour le basilic (une seule tige) et le thym (9 à 12 tiges).

Dernière étape

Il reste juste à emballer le tout. Ces tiges sans racines vont rapidement se faner si on les laisse à l’air libre. En production commerciale, on emploie des brumisateurs pour maintenir la turgescence (fermeté) des plants. On peut facilement reproduire cet humidification à la maison avec la technique dite “à l’étouffée”. Il suffit d’enfermer le pot dans un sac de plastique puis de fermer le tout hermétiquement. Pour ma part, je plante une brochette au milieu du pot, puis je ferme le sac de plastique juste au-dessus avec un bout de corde. Cela crée une mini-serre avec un micro-climat humide. La brochette empêche le plastique de retomber sur les boutures.

Il suffit ensuite de placer les pots dans un endroit bien éclairé. Pas sous le soleil direct toutefois car cela risquerait d’accumuler trop de chaleur dans la mini-serre et de cuire les plantes. Généralement, les racines devraient s’être formées au bout de 2 semaines et le sac pourra être enlevé. Refaites le test de la feuille — tirez doucement sur une feuille —  Si la tige veut sortir du terreau, refermez le sac et attendez encore une ou deux semaines. Une fois le plant à découvert, attendez encore quelques jours avant de le placer directement au soleil.

bouturage à l'étouffée

Conseils de culture

Une fenêtre, orientée plein sud, sud-est ou sud-ouest devrait suffire à maintenir la croissance pendant tout l’hiver. Comme ces boutures sont issues de plants jeunes et en pleine croissance, il faut leur donner un peu d’engrais régulièrement. Un engrais d’émulsion de poisson ou à base d’algues marines leur conviendra parfaitement. Employez cependant la moitié de la dose prescrite par le fabricant.

Lors de la cueillette, coupez le sommet des tiges ( les nouvelles pousses) plutôt que les feuilles à la base. Cela aura pour effet d’encourager la plante à produire des tiges latérales et à demeurer plus compacte.

Côté insectes et maladies, le problème le plus fréquent est une invasion de tétranyques, un petit acarien presque invisible à l’oeil nu et qui tisse de minuscules toiles entre les feuilles. Le symptôme caractéristique est une décoloration inégale des feuilles, de style mosaïque. L’atmosphère sec et surchauffé de nos intérieurs, en hiver, en est la principale cause. Si cela vous arrive, vous pouvez les éliminer avec une vaporisation d’eau savonneuse sur et sous les feuilles (1 c à thé de savon liquide à vaisselle dans 1 litre d’eau). Le cas échéant, cette solution sera également efficace contre les pucerons et les mouches blanches. Cependant, n’oubliez pas de bien rincer votre prochaine cueillette. Il serait vraiment navrant de vous faire dire que votre pesto goûte le savon !

Lorsque le soleil sera plus intense vers la fin mars, la croissance s’accélérera et vous devrez probablement les rempoter dans un pot une fois et demie plus gros. Enfin, au début de l’été, vous pourrez les transplanter au jardin.

Bonne culture et bonnes récoltes

Auteur : Marc Meloche

Je suis coach de jardin dans la belle région de Lanaudière au Québec. Horticulteur et paysagiste conseil, j'aborde avec vous le jardinage de façon différente, simple et cool.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s