Jardin Cool

pour jardiner tout simplement

Comment cultiver le basilic en pot à longueur d’année

45 Commentaires

plant de basilic âgé de deux ans

Le plant du milieu avait deux ans lors de la prise de cette photo.

On a toujours cru que le basilic était une plante annuelle que l’on ne cultive que l’été sous nos climats nordiques. Semis à l’intérieur à la mi-avril, transplantation au jardin en juin et séchage de la dernière récolte en septembre; la classique rengaine des chroniques horticoles quoi. De plus, à en croire les mêmes chroniques, cultiver le basilic à l’intérieur en hiver serait une aventure presque assurément vouée à l’échec. Désolant pour qui comptait avoir du basilic frais à portée de la main en tout temps, en été comme en hiver. Pourtant le basilic est une plante extrêmement facile à cultiver et il peut même continuer à croître à l’intérieur pendant deux ans, trois ou même plus, pourvu qu’on s’y prenne de la bonne façon. Le secret ? Je vous le dévoile ci-après.

Un seul plant par pot !

le basilic, un seul plant par pot

Le secret de la réussite ? Un seul plant par pot

Les producteurs de plants qui nous l’offrent en pots prêts à planter ont l’habitude d’en semer énormément trop dans le même pot. C’est simplement une question de marketing pour que ça paraisse mieux aux yeux des consommateurs. Essayez de compter le nombre de plants dans le pot de gauche sur la photo. Il y en a assez pour votre potager, celui de vos voisins de droite, de gauche et probablement ceux d’en face.  — une bonne aubaine finalement–  Si vous tentez de conserver tous ces plants dans un seul pot, même 10 fois plus gros, ils vont s’étouffer les uns les autres. Ce n’est pas pour rien qu’en Inde les producteurs qui cultivent le basilic en champ distancent les plants de 1 à 2 pi (30 à 60 cm). C’est qu’un plant de basilic peut atteindre facilement plus de 2 pi (60 cm) de hauteur par presque autant de largeur.

Alors imaginez quand il y a 3, 5, 10 plants dans le même pot ?  Si vous prévoyez acheter ou venez d’acheter un pot trop rempli comme celui de la photo, hâtez-vous de séparer tous les plants. Rempotez les plus beaux plants individuellement et envoyez les autres aux cuisines. Vous constaterez bientôt que le plant planté seul dans son pot croîtra infiniment mieux que la meute de plants dans l’autre pot. Idem, en passant, pour la culture en pleine terre au potager: 1 pi (30 cm) d’espacement entre les plants.

Quelques informations préliminaires

Ce n’est pas d’hier que l’on cultive le basilic pour ses feuilles parfumées ou son huile essentielle. Cette plante est originaire de l’Asie tropicale. Sa culture semble avoir débuté en Inde et remonte à plus de 5000 ans. Plutôt que de me fier aux ouï-dire de tous et chacun, je suis allé voir sur le site de l’ICAR (Indian Council of Agricultural Research) 1 comment les Indiens le cultivent. Là-bas, en culture commerciale, on y fait jusqu’à quatre récoltes sur les mêmes plants à intervalles de 65 à 75 jours et ce, à compter de trois mois après le semis. Faites le calcul, cela donne au total un an de longévité. Plus encore, on conseille de rabattre les plants à 6 po (15 cm) du sol après la dernière récolte pour leur permettre de se régénérer. Tiens donc ! Le basilic serait-il vivace ?

La plupart des sites de référence considèrent le basilic commun (ocimum basilicum) comme une annuelle tropicale, mais, en cherchant bien 2, on finit par découvrir qu’il peut aussi perdurer pendant quelques années. C’est ce qu’on appelle une vivace éphémère. Ce statut vient du fait qu’il commence à fleurir et à produire des graines très tôt dans son cycle de croissance, ce qui provoque éventuellement son épuisement… si on le laisse fleurir et monter en graines. Donc, en les taillant régulièrement pour empêcher la floraison, il est possible de prolonger la vie des plants pendant longtemps. D’où l’intérêt de rentrer vos plants à l’intérieur en hiver.

Mode de culture en pot

Quelques exigences à respecter

  • La chaleur – Le basilic étant une plante tropicale, il lui faut beaucoup de chaleur pour survivre. Une température inférieure à 7 oC lui est fatale. Même à 10 oC il commencera à souffrir du froid. C’est d’ailleurs pourquoi sa saison de culture extérieure est si courte au Québec. Cependant, la température à l’intérieur de nos maisons en hiver (autour de 21 oC) lui convient parfaitement. Par contre, un léger abaissement à 18 oC la nuit lui sera bénéfique.
  • Le terreau  –  Il doit être léger, riche en éléments nutritifs et pouvoir se drainer facilement. Comme le basilic croit rapidement, il faudra fertiliser le terreau régulièrement pour soutenir la croissance.
  • L’éclairage – Théoriquement, il faut lui donner au moins 6 heures de soleil quotidiennement. En été, aucun problème mais en hiver c’est plus difficile. Pourtant (mon expérience personnelle) j’arrive à le faire prospérer tout l’hiver sur le bord d’une fenêtre qui reçoit tout juste 4 heures de soleil en décembre et janvier et encore quand il daigne se montrer. Pourquoi ça réussit ? D’abord, les 4 heures d’ensoleillement incluent l’heure du midi alors que le soleil est à son zénith. Ensuite, le fait que le plant soit seul dans son pot lui évite d’avoir de la compétition pour  la lumière. — J’aborderai la taille plus loin —
  • L’arrosage et l’humidité ambiante – Le basilic supporte très mal le manque d’eau. Attention quand-même au sur-arrosage, il ne tolère pas non plus avoir les pieds dans l’eau.  Quant à l’humidité ambiante, curieusement le basilic s’accommode assez bien de nos intérieurs plutôt secs en hiver, malgré ses origines tropicales humides. Un humidificateur dans la maison pourra quand-même être bienvenu.
rempotages successifs du basilic

Il faut augmenter progressivement la capacité des contenants

Les rempotages – Le basilic croît rapidement et deviendra rapidement trop à l’étroit dans son pot. Comme pour toutes les plantes, potagères ou ornementales, il ne faut pas planter un petit plant dans un gros pot parce que son jeune système racinaire sera incapable d’absorber toute l’eau du terreau. Celui-ci restera constamment humide ce qui provoquera la pourriture des racines et la mort du plant. Il faut donc procéder par étapes et utiliser un pot une fois et demie plus gros à chaque rempotage.

  • Le premier rempotage –
    un semis de basilic à repiquer

    Un semis réussi et bientôt prêt à empoter

    Si vous avez effectué votre propre semis, procédez lorsque 2 paires de vraies feuilles se sont complètement déployées sur les plants. — Sur la photo du semis, la deuxième paire de feuilles n’est pas complètement déployée. Mieux vaut attendre encore un peu avant de rempoter — Utilisez des pots de 4 po (10 cm) et rappelez-vous: Un plant par pot.

  • Les rempotages suivants – Lorsque le terreau que vous avez arrosé le matin sera déjà sec le soir venu, ce sera signe que les racines sont devenues trop nombreuses pour la grosseur du pot. Les feuilles du bas qui se mettent à jaunir ou le pot qui verse sous le poids de la plante sont également des indices que le moment de rempoter est arrivé. Généralement les rempotages s’effectuent après environ 6 semaines de séjour dans leur pot, mais l’échéance peut varier un peu selon les conditions ambiantes de température, d’humidité et d’ensoleillement.

La taille et la cueillette

Contrairement à ce qu’on nous a toujours enseigné, on n’enlève pas les pousses terminales des tiges dès que possible dans le but d’obtenir un plant plus compact. Un plant trop fourni ne laissera pas passer assez de lumière entre ses branches, Il réagira en laissant tomber une bonne partie de son feuillage pour compenser le manque de lumière. C’est important, surtout en hiver sous un éclairage réduit. Il faut plutôt attendre que les nouvelles tiges soient assez longues avant de les tailler. Notez que la taille coïncide la plupart du temps avec la récolte.

cueillir le basilic au bon moment

Coupez les tiges juste au-dessus du 3e noeud à partir du sommet

En examinant une tige de plus près, vous verrez que les feuilles sont disposées par paires et qu’à chaque noeud (points de jonction des feuilles avec la tige) apparaissent 2 petits bourgeons. Lorsque la tige est devenue assez longue pour avoir 3 noeuds, on peut la couper juste au-dessus du noeud du bas en faisant attention de ne pas abîmer les petits bourgeons à l’aisselle des feuilles. Ces bourgeons produiront de nouvelles tiges qui seront taillées de la même façon lorsqu’elles auront à leur tour 3 noeuds.

Petit détail : les fleurs –  Sous les tropiques, on laisse fleurir le basilic pour la production d’huile essentielle plus concentrée dans les fleurs que dans feuilles. Chez-nous, il vaut mieux les enlever à mesure qu’elles apparaissent afin que la plante puisse concentrer toute son énergie au développement du feuillage. En passant, les jeunes fleurs sont très goûteuses, plus que les feuilles. Ajoutez-les à vos plats favoris.

Les allers-retours intérieur/extérieur

Comme vous garderez votre pot de basilic longtemps, vous aurez avantage à sortir le pot dehors en début d’été puis le ramener à l’intérieur à la fin de l’été.

La sortie – Quand vous le sortez au printemps, il faut lui donner une période de transition. D’abord un endroit légèrement ombragé pendant quelques jours, puis un endroit qui ne reçoit que le soleil du matin (avant 11 h) ou de l’après-midi (après 16 h) pendant encore quelques jours. Placez le ensuite à son endroit définitif où il recevra environ 6 à 8 heures de soleil.

Attendez aussi que les nuits se réchauffent en juin (au moins 10 oC). L’avantage de la culture en pot c’est que vous pourrez toujours le rentrer s’il survient un coup de froid. Le basilic aime bien les endroits chauds…mais pas brûlants. Évitez de le placer sur un patio surchauffé ou contre un mur très ensoleillé. Pensez aussi à arroser plus souvent en période de canicule.

La rentrée – Une des causes principale d’échec est d’attendre trop tard à l’automne pour rentrer votre plant. Il faut rentrer votre plant dès le début de septembre dans le sud du Québec et à la mi-août plus au nord, avant que le mercure ne tombe sous les 10 oC la nuit.  Profitez-en pour le rabattre de moitié, voire à 6 ou 8 po (15 à 20 cm) du pot et le rempoter dans un pot plus gros. Replacez-le près d’une fenêtre ensoleillée. Voilà, le cycle recommence.

Le mot de la fin

recolte de basilic pour le pesto

Ma dernière récolte de basilic et un bon pesto en préparation

Normalement votre plant devrait durer pendant au moins 2 ans, probablement 3 et peut-être même plus. Au lieu de former une boule compacte, comme on le voit habituellement, il prendra la forme d’un petit arbuste un peu échevelé mais fort élégant.

Mise à jour 21 août 2017

Je vous remontre le même plant qui fête aujourd’hui son troisième anniversaire ! Il est devenu un véritable arbuste faisant presque un mètre de hauteur. Je ne sais si je vais le rentrer à l’intérieur pour le prochain hiver parce que ce monstre devient vraiment encombrant.

plant de basilic en pot âgé de 3 ans

Mise à jour 30 octobre 2017
Bon, finalement je n’ai pu me résoudre à le laisser périr et l’ai encore rentré pour l’hiver. Au mois d’août 2018, ce plant aura donc 4 ans. Comme quoi… ça vit vieux un plant de basilic.

Bonnes récoltes !

Références

1-CAR – Directorate of Medicinal an Aromatic plants research– Boriavi, Anand – 387 310, Gujurat, India– Smitha G. R. Thania Sara Varghese P. Manivel. 2016

2- Fresh Basil Production Guidelines For Hawaii— Randall T. Hamasaki, Hector R. Valenzuela, Dick M.Tsuda, and Janice Y. Uchida– University of Hawaii, Cooperative Extension Service. 2014

Auteur : Marc Meloche

Je suis coach de jardin dans la belle région de Lanaudière au Québec. Horticulteur et paysagiste conseil, j'aborde avec vous le jardinage de façon différente, simple et cool.

45 réflexions sur “Comment cultiver le basilic en pot à longueur d’année

  1. Bonsoir, je viens de lire tous vos conseils.Je vis dans le sud ouest de la France, et il ne fait que pleuvoir. Que faire de mes minuscules plants de basilic?

    J'aime

    • Bonjour Valérie,

      Je connais malheureusement mal le climat du sud-ouest de la France. Donc je ne sais pas si ces pluies fréquentes sont un phénomène passager où si elles sont une caractéristique de votre climat. Le mieux que je puisse vous suggérer est de les cultiver en pot dans un endroit abrité de la pluie, tel un porche ou un abri de jardin, mais qui reçoit du soleil (quand il veut bien se montrer). Si le beau temps revient de façon durable, vous pourrez installer vos petits plants au jardin, soit en en pleine terre ou les conserver en pots.

      J'aime

  2. Merci beaucoup pour cet article très détaillé, ça fait longtemps que je voulais faire un basilic en arbuste !

    Aimé par 1 personne

  3. Bonjour!

    Quand le plan devient un peu trop gros, est-il possible de couper le tiers des racines et le rempoter dans le même pot, un peu comme un bonsaï, pour le garder longtemps sans qu’il soit envahissant?

    Aimé par 1 personne

    • Bonne question. Je n’ai jamais essayé mais ce serait théoriquement possible à condition de rabattre également les tiges du tiers pour conserver l’équilibre entre la masse des racines et celle du feuillage à alimenter.

      J'aime

  4. Bonjour Marc. J’ai 2 autres question :-/
    Faut-il mettre des billes d’argile dans le fond de nos pots de basilic ? Et ce à chaque rempotage?
    Vous avez dit que les racines pouvaient pourrir si trop d’eau, alors j’ai peur que l’humidité des billes soient néfastes à celles du basilic.
    2/ faut-il leur donner de l’engrais toute l’année ? Si oui, à quelle fréquence ?
    Merci beaucoup

    J'aime

    • Bonjour,
      Mettre des billes d’argiles ou des graviers au fond du pot est une pratique dépassée. Ce qui est important, c’est qu’ily ait des trous de drainage au fond du pot pour permettre au surplus d’eau de s’évacuer. Petit truc perso: Pour empêcher la terre de passer par les trous de drainage, je conserve mes feuilles d’assouplissant après usage dans la sécheuse à linge. Selon la grosseur du pot, j’en place un ou plusieurs au fond pour couvrir les trous. C’est un excellent filtre. Sans danger pour les plants à consommer lorsqu’utilisé après être passé dans la sécheuse. Notez qu’un filtre à café peut aussi faire l’affaire.
      Pour l’engrais, oui, car la plante sera en croissance tout l’hiver. On le met à demi-dose aux deux semaines.

      Aimé par 1 personne

  5. En examinant une tige de plus près, vous verrez que les feuilles sont disposées par paires et qu’à chaque noeud (points de jonction des feuilles avec la tige) apparaissent 2 petits bourgeon  »

    Bonjour 🙂 je suis totalement novice en jardinage , mes bourgeons ont été abimé vont elles repousser ?
    Pareil pour mes feuilles si j’en coupe une , une autre va t elle repousser a la même emplacement ?

    Merci !

    J'aime

    • Difficile de répondre à votre question car je ne sais pas pourquoi les bourgeons sont abîmés. Gel peut-être ? Quoi qu’il en soit, les bourgeons peuvent reprendre leur croissance s’ils ne sont que légèrement abîmés. S’ils ont complètement séché, ils ne reprendront pas vie. La plante essaiera d’en produire de nouveaux mais pas au même endroit. Quant aux feuilles, si on en coupe une, elle ne repousse pas. C’est plutôt le bourgeon à son aisselle qui va donner naissance à une nouvelle tige et à de nouvelle feuilles.

      J'aime

      • Merci pour votre réponse 🙂 !
        Ma pauvre basilic à subi une attaque de mouches blanches :/ .
        Je les élimines au fur et à mesure .
        La plupart de mes bourgeons donne directement des fleurs … Et non des branches

        J'aime

  6. merci marc vraiment c’est des conseils en or je enseignante de science de vie et de la terre je fais la culture de basilic en pot a la maison et je veux le commercialiser nawel from algeria

    J'aime

  7. merci de l’info , je n’arrivais jamais à garder un plant de basilic, maintenant je vais recommencer en suivant vos conseils si précieux.

    Aimé par 1 personne

  8. Hello! Depuis peu je suis atteinte de « plantomanie »! Je sème ce que je peux des graines kokopelli (tant pis pour le hors saison et les ratés) dans tous mes petits pots d’appartement et je transforme mon salon en jungle. Quel plaisir de lire votre article ! Merci merci!!! Je vais de ce pas séparer mes plans de basilic qui ne tenaient jamais plus d’un mois. (Pas très douée la fille)
    Une petit question. Avec cet arbrisseau de 3 ans, quelle coupe allez-vous lui donner pour essayer de la garder plus longtemps ?

    Aimé par 1 personne

    • Bonne question sur un détail qui j’avais oublié de mentionner dans l’article. Pour le retour à l’intérieur, je rabats le plant d’environ la moitié, en veillant à ce qu’il reste au moins 3 paires de feuilles sur chaque tige restante.

      Pour la plantomanie cependant, j’ai bien peur que ce soir incurable. Quant ça nous attrape, ça ne nous lâche plus. 😉

      J'aime

  9. J’ai lu tous les commentaires après avoir envoyé ma question et j’ai trouvé d’autres précieux conseils , y compris la reponse à la mienne!
    Merci pour ce blog vraiment super!
    À presto

    J'aime

  10. Super tes conseils!
    Je vis en Italie, dans une zone au climat mite. Je voudrais essayer de laisser à l’extérieur les plantes et ne les retirer dans la serre que pendant les semaines les plus rigides (janvier-fevrier). Penses -tu qu’elles vont tenir?

    J'aime

  11. Merci , je comprends mieux mes échecs ! Je recommence aujourd’hui !!

    Aimé par 1 personne

  12. Bonjour,
    J’ai mon basilic qui à un peu plus d’un an mais il vient d’avoir des pucerons. Qu’est ce que vous me conseillez de faire?
    Merci pour votre article.

    J'aime

    • Bonjour Florence,

      Pour se débarasser des pucerons, la solution la plus simple est de vaporiser un savon insecticide sur le feuillage ( dessus et dessous des feuilles). Vous trouverez ces produits , dans les jardineries. Vous pouvez également fabriquer un insecticide maison : 1 c.à thé (5ml) de savon liquide à vaisselle dans 1 litre d’eau et procéder de la même façon.

      Comme ces insecticides agissent par contact sur les insectes adultes, ils ne détruisent pas leurs œufs. Il est donc préférable de répéter le traitement après 7 à 10 jours pour éliminer la nouvelle génération.
      Ces insecticides sont aussi efficaces contre les tétranyques, de minuscules petits acariens, qui envahissent souvent le basilic à l’intérieur de nos maisons en hiver. Enfin, ils sont sans danger pour les animaux et les humains. Je préfère quand-même bien rincer mon basilic avant de le consommer afin d’enlever un possible…goût de savon.

      J'aime

  13. Peut-on faire la même chose avec d’autres fines herbes comme la coriandre ou le romarin ou encore la ciboulette et le persil?? Merci j’ai hâte de tenter le coup!! 🙂

    J'aime

    • Bonjour Stéphany,
      Oui, c’est tout à fait possible, mais pas pour toutes les fines herbes. Inutile de perdre vote temps avec les variétés vivaces et rustiques (qui supportent grands froids d’hiver) tels la ciboulette, la sauge ou le thym. Ces plantes ont besoin d’une période de dormance pendant la saison froide pour mieux réapparaître le printemps suivant. En les entrant dans une pièce chaude, elles vont tout au plus végéter pendant quelques semaines puis dépérir rapidement. Par contre vous pourriez prélever des boutures, les faire enraciner dans un verre d’eau (10 à 15 jours) puis les replanter dans des petits pots. — Sauf pour la ciboulette qui ne se bouture absolument pas —

      Du côté du romarin ou de la lavande, le secret de la réussite est de les placer dans un endroit bien éclairé où la température se situe entre 8 et 12 C (15 au maximum); hélas pas toujours facile de réunir ces conditions essentielles dans nos maisons.

      Pour la coriandre enfin, il vaut mieux procéder par semis que l’on répète à toutes les 3 semaines. La raison est est qu’il s’agit d’une plante annuelle (d’une seule saison) qui cherche rapidement à monter en graines, mettant ainsi fin à son cycle de vie. Pour ma part, je recommence un nouveau semis dans des pots de 10 ou 15 cm à toutes les trois semaines et les nouveaux plants remplacent les vieux plants dépérissants. Une bonne idée, si vous avez des plants à l’extérieur qui ont formé leurs graines, serait de les ramasser pour en avoir une provision tout l’hiver.

      J'aime

  14. Merci pour votre article. J’avais aussi remarqué qu’il y avait vraiment trop de plants dans les pots vendus dans le commerce. Je divise le contenu du pot et je mets un plant de basilic dans la serre, entre les tomates. J’ai une petite question : Pour faire un pesto, vaut-il mieux utiliser les feuilles seules ou peut-on aussi prendre les fleurs et les tiges (non ligneuses)? Quand on a beaucoup de basilic, quelle est la meilleure façon de conserver les feuilles? Les sécher? les surgeler?

    J'aime

    • Bonjour Marie,
      Je ne suis pas aussi à l’aise en cuisine qu’en horticulture ou en aménagement paysager. Je vais quand-même tenter d’éclairer votre lanterne. Quand le basilic fleurit, la concentration d’huiles essentielles migre vers les fleurs puis les graines. C’est pourquoi les producteurs d’huile essentielle de basilic utilisent les fleurs de préférence aux feuilles. Théoriquement, les fleurs devraient ajouter plus de parfum et de goût au pesto. Toutefois, j’ai beau consulter une foule de recettes de pesto et toutes utilisent uniquement les feuilles. Il doit probablement s’agir d’une raison purement technique ou pratique. Comme la méthode traditionnelle d’origine consistait à broyer les feuilles au mortier, les fleurs et les tiges (même tendres) étaient peut-être plus difficiles à broyer. Faudrait tester au robot.

      Pour la conservation cependant, je préfère congeler les feuilles fraîches en plusieurs petites unités que je peux utiliser par la suite dans mes recettes. Voici la méthode: 1- Prélever les feuilles, les laver à l’eau froide et bien les essorer. 2- Les ciseler finement et les mettre dans des bacs à glaçons mélangées avec un peu d’eau ou d’huile d’olive (meilleur d’après moi) et placer les bacs au frigo pendant quelques heures. 3- Retirer ensuite les cubes congelés des bacs, les regrouper dans des sacs de congélation et les retourner au congélateur. Au besoin, on pourra dégeler un ou plusieurs cubes selon que la quantité requise pour chaque recette. Le basilic congelé se conserve pendant environ 8 mois à -18C. On peut également procéder de la même façon pour le pesto.

      Bonne nouvelle enfin, les fleurs de basilic peuvent être avantageusement et facilement séchées et broyées. Le goût serait même supérieur à celui des feuilles séchées. Voici une ressource qui nous en apprend plus sur les différentes façons d’utiliser les fleurs et les tiges de basilic : Loulou Gourmet.

      bonne conservation !

      J'aime

  15. Je m’excuse, le texte de mon message précédent c’était transformé et il était illisible! Ça c’est ma tablette qui me fait ça!
    Je me demandais si j’avais bien fait de mettre dans un même pot, ciboulette, thym citron et basilic dans l’intention de les rentrer avant le froid? Là, depuis que les nuits sont plus fraîches, je l’ai placé sur mon patio couvert.

    J'aime

    • Bonjour Suzanne, j’étais justement en train de tenter de déchiffrer votre précédent message. 😀 . Vous avez en quelque sorte un jardin d’herbes dans votre pot. Le problème c’est que vos trois variétés ont des exigences de culture différentes; le basilic a besoin de chaleur, mais la ciboulette et le thym citron sont des plantes vivaces rustiques et doivent subir une période de dormance en hiver avant de repousser le printemps suivant. En plus, le basilic doit être arrosé souvent tandis que le thym aime les sols plus secs et la ciboulette se situe entre les deux. Le mieux, si vous avez un endroit au jardin, serait de transplanter le thym et la ciboulette en pleine terre et de ne garder que le basilic à l’intérieur. Vous pourrez rempoter la ciboulette et le thym au printemps.
      Pour votre basilic, comme les nuits deviennent maintenant trop froides, il vaudrait mieux le rabattre de moitié et le rentrer immédiatement afin de minimiser le choc du changement de conditions climatiques.

      J'aime

  16. Merci pour ce bel article et cette pagnifique photo de fin avec ce basilic en fleurs !!

    Une question: qu’en est-il d’un basilic qui a été planté en pleine terre et qui a déjà des tiges principales bien rigides ? Pensez-vous que je puisse l’extraire et le mettre en intérieur ? (je vais tester dans tous les cas car cette année, du basilic, j’en ai eu à foison !!)

    J'aime

    • Bonjour Gana, merci pour votre appréciation de l’article. Concernant un plant ayant passé l’été en pleine terre et devenu énorme, c’est plus risqué de le déplanter et le rentrer, à cause du double choc de la transplantation et du changement de climat. Mais ça vaut la peine d’essayer. Je vous invite à procéder le plus tôt possible car l’exposition prolongée aux nuits froides va compromettre sa reprise en pot à l’intérieur. Vous devez aussi le rabattre de moitié, voire des deux tiers. Veillez cependant à ce qu’il reste au moins 3 noeuds avec des petites pousses latérales (comme illustré dans l’article) sur chaque tige restante. Autre solution, vous pourriez prendre des boutures d’environ 10 cm sur vos plants, les faire enraciner dans un verre d’eau pendant une dizaine de jours, puis les replanter individuellement dans des pots de 10 cm.

      J'aime

  17. Superbe article!
    Je veux juste ajouter le fait que le basilic se bouture EXTREMEMENT facilement. Au début de l’année, j’ai acheté un pot qui a une quinzaine de tiges, j’ai coupé toutes les tiges, enlevé toutes les feuilles sauf les 2 ou 3 toutes petites au sommet. Mettre dans un verre d’eau. Après 8 à 10 jours, des racines commencent à poindre. Comme je ne connaissais pas votre info, j’ai planté 7 à 9 boutures dans du terreau en pot de 9cm et depuis je cueille tous les trois/quatre jours les plus grandes feuilles. Quand les plantes ont bien repris, j’en ai remis en pleine terre (en Belgique) et là aussi cela prolifère.
    Pour dire la facilité de la bouture, j’ai même fait pareil avec du basilic citronné (un régal!) que j’avais acheté en botte ! Cela marche.
    La prochaine fois j’essaie le basilic Thaï.
    Inutile de dire que nous faisons du pesto quasi toutes les semaines et qu’on trouve le basilic dans plein de plats.
    Un autre détail, ma belle-fille m’avait dit de ne jamais enlever plus du 1/3 des feuilles pour ne pas étouffer les racines.

    J'aime

    • Merci pour vos commentaires et l’ajout de votre expérience personnelle. Je précise cependant que ma recommandation de ne mettre qu’une seule bouture dans un pot de 9 cm vise à conserver votre plant pendant plusieurs années. La compétition entre les plants, à plusieurs dans le même petit pot, les empêche d’atteindre leur taille normale et abrège leur longévité.

      J'aime

  18. J’ai transplanté un petit contenant de basilic du commerce dans un énorme pot sur mon balcon. Depuis plus d’une semaine, les feuilles sont petites et pâles. Les branches sont très dures, on dirait de petits arbres.
    Je pensais rentrer mon gros pot car j’ai énormément de lumière chez moi, mais je ne sais pas comment couper ces tiges/branches.

    Comme vous l’écrivez, après 3 nœuds ou plus drastiquement?

    Merci de me répondre et merci de votre Super Blog!

    J'aime

    • Bonjour Marie,
      Je souligne d’abord, puisque le plant est devenu adulte, qu’il est normal que les tiges deviennent ligneuses ( en bois comme des branches d’arbre) et que les feuilles soient plus petites. Mais le fait qu’elles soient pâles est un signe d’un manque d’engrais, surtout d’azote. Je ne vois pas votre plants mais je soupçonne que le petit pot acheté était un semis de plusieurs plants dans le même pot, causant ainsi une surpopulation très gourmande en engrais (et en eau). Si c’est le cas, il vaudrait mieux déplanter la motte, la diviser en deux, puis la replanter. Pour la taille, je présume aussi que votre/vos plants sont devenus passablement gros. Il vaut donc mieux le rabattre de moitié, en coupant les tiges juste au-dessus d’un noeud ayant 2 petites repousses de chaque côté (comme sur les photos). Avec un bon apport d’engrais (genre 20 20 20) et votre fenêtre ensoleillée, votre basilic devrait repousser rapidement.

      Chose très importante: il faut rentrer votre basilic dès cet après-midi. Minimum sous les 10 C partout au Québec ce soir et demain, ce que ne supporte pas le basilic. Alors courez au jardin et rentrez votre pot comme on dit chez-nous “drette-là !” Vous pouvez attendre un peu avant de tailler ou diviser, mais gardez-le à l’intérieur jusqu’en juin prochain. Dernière chose à surveiller: les basilics adultes cherchent à fleurir. Il faut couper les fleurs dès leur apparition afin de maintenir la croissance du feuillage. — Sur la dernière photo de l’article, je dois me confesser de ne pas l’avoir fait 😀 —

      J'aime

  19. Est-ce le même principe pour du basilic African blue?
    Je vais essayer de garder un plant ou deux de mon basilic ordinaire.
    Ça va s’ajouter à mes plants de romarins, ciboulette et origan… je vais commencer à manquer d’espace!

    J'aime

  20. Quelle est la productivité d’une seule plante de basilic ?

    J'aime

    • Pour un plant de basilic en pleine croissance, je récolte entre 85 et 125 ml de feuilles par semaine en été et la moitié de cette récolte hebdomadaire en hiver (en région nordique). J’utilise une tasse à mesurer de 250 ml comme contenant pour mesurer. Je n’ai pas pesé le poids des récoltes. D’autre part, je n’ai pas trouvé de référence établissant le rendement moyen d’un seul plant. On parle plutôt de récolte… à l’hectare.

      J'aime

  21. ….. Moi qui rate toujours les basilics je comprends mieux pourquoi ! J’avais tout faux.

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s